Les évolutions du poste informatique des années 70 à 90

Les évolutions du poste informatique des années 70 à 90
26 octobre 2015 emsi

L’univers professionnel s’est rapidement emparé du poste de travail, celui-ci est venu bouleversé les processus des différentes organisations. Sa capacité à traiter les données et à les organiser de façon efficace, le rend capable de répondre à des questions complexes. La nouvelle place du poste de travail dans l’organisation impose une cadence infernale, les calculs doivent s’exécuter de plus en plus vite. Plus encore, le développement des interfaces graphiques pour permettre à l’utilisateur d’interagir avec la machine de façon plus intuitive devient incontournable. Ce sont ces défis auxquels l’informatique va chercher à répondre à partir des années 1970.

2015-10-22_00h16_412015-10-22_00h16_122015-10-26_23h26_36

Source : akita.co.uk, Evolutions du poste de travail entre 70 et 90

 Les années 70 à 90 voient les ordinateurs sortir des salles informatiques et commencer à trouver des applications pratiques au sein de l’entreprise. Les analyses de Porter ou Hines mettent en effet en lumière la chaîne de valeur et les processus qui la constituent.L’efficacité amenée par le poste de travail devient un avantage concurrentiel. Dans cette perspective, l’informatique apparaît comme capable d’apporter une réponse au besoin d’automatisation des processus. L’automatisation apparait notamment dans les tâches de traitement de données en masse. Les données peuvent à présent être stockées de façon fiable et exploitées quasi instantanément.

20150928_113843

Maquette de salle informatique – ACONIT

Parallèlement, la recherche se met en marche pour accompagner l’utilisateur face à la complexité de la machine.  Des laboratoires de recherche tels que le Xerox PARC (Palo Alto Research Center) impulsent la recherche dans ce domaine. Ils inventent notamment des langages de programmation pour faciliter le développement d’applications.

Au musée ACONIT à Grenoble, on peut voir les évolutions impressionnantes de cette période.  Alain, notre guide lors de la visite du musée, évoquait l’arrivée des premiers logiciels de programmation pour faciliter le travail des développeurs. C’est l’invention des Pop up, des icônes ou encore des fenêtres multiples. En plus de ces interfaces, des langages orientés objets comme le Smalltalk sont développés. L’interaction avec la machine change et le programmeur devient un développeur.

En 1979 Dan Bricklin invente le tableur, VisiCalc, qui rencontre un succès fulgurant auprès des entreprises. Cela permet d’automatiser un certain nombre de calculs de façon simple et accessible. Les résultats peuvent être enregistrés, stockés et éventuellement imprimés. Les tâches de traitement de texte sont également informatisées grâce à des applications comme LisaWrite sur l’Apple Lisa ou encore Word.  Des modules de mises en page améliorent la qualité des documents imprimés, on invente le concept de “What You See Is What You Get”, le rendu à l’écran devient très proche du résultat imprimé. Le film, les cinglés de l’informatique, montre bien cette transformation. La logique ce renverse, on ne pense plus seulement en terme de capacité machine mais on met l’utilisateur au cœur de la réflexion. Le signe le plus fort de cette appropriation est la création des jeux vidéos et de personnages emblématiques tels que Mario.

mario

Ecran d’accueil du Jeu Super Marioland

Ces évolutions reposent sur l’augmentation croissante de la capacité des micro-processeurs, indispensables pour traiter et stocker les informations sur le poste de travail. Celui-ci doit être réactif, il doit être plus rapide. Le microprocesseur doit donc être plus performant et la mémoire du poste de travail doit permettre d’effectuer plus de tâches en simultané. C’est ainsi qu’en 1971, la société Intel invente le premier micro-processeur tenant sur un seul circuit imprimé. Cette invention permet d’améliorer considérablement la rapidité d’exécution des instructions, de réduire les coûts et de limiter les pannes. La demande croissante de matériel toujours plus rapide a poussé des évolutions exponentielles en termes de performance. Cette évolution est théorisée grâce à la loi de Moore.

Représentation graphique de la loi de Moore

L’utilisation de bases de données, la naissance d’un système d’information au sein de l’entreprise ainsi que l’augmentation de la puissance des microprocesseurs sont trois grandes mutations du poste de travail entre les années 1970 et 1990. Toutefois, le poste de travail reste encore confiné à l’espace professionnel : l’ordinateur demeure un outil que l’on utilise exclusivement au travail. Il en découle que les applications développées sont essentiellement celles utilisées dans un contexte professionnel. La mobilité et l’augmentation des performances restent encore des défis à relever.

Le poste de travail n’a de sens qu’intégré dans un système d’échanges. Cette période connait une évolution décisive des réseaux, permettant de faciliter les échanges d’information. Ces évolutions sont détaillées dans la rubrique réseaux du site.

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*