Partons ensemble à la découverte de l’Architecture SI !

Partons ensemble à la découverte de l’Architecture SI !
1 octobre 2015 emsi

1/ L’architecture SI c’est quoi ?

Dans le domaine informatique et par extension dans le domaine des systèmes d’information, le terme d’architecture est très générique. Il désigne la structure du SI, généralement divisée en 4 strates (d’après modèle CIGREF), correspondant chacune à une typologie d’architecture :

node499_img001

  • Architecture métier : c’est la strate la plus haute à partir de laquelle on définit les processus métiers, à l’exclusion de toute technicité.
  • Architecture fonctionnelle : elle peut se définir comme la déclinaison fonctionnelle des besoins métier avant d’être intégrés dans le système d’information. La strate fonctionnelle est une interface entre le métier et l’applicatif qui a pour but d’optimiser les flux d’information en s’assurant que les logiciels utilisés respectent les besoins exprimés, et plus largement les objectifs de l’organisation.
  • Architecture applicative ou logiciellec’est l’ensemble des applications qui constituent la partie informatisée du système d’information. Elle correspond à la traduction des besoins fonctionnels en fonctionnalités logicielles. Il existe une différence fondamentale entre les couches applicative et fonctionnelle : la première ne s’intéresse qu’aux échanges informatisés (plus communément, qui relèvent du logiciel) alors que la seconde s’intéresse à tous les échanges, y compris « humains », directement issus du métier. Aussi, le système d’information doit être perçu comme un ensemble plus large que le système informatique.
  • Architecture technique (infrastructure et matériel)elle peut se définir comme l’ensemble des moyens techniques constituant le socle informatique nécessaire au support physique et middleware des applications. Au sens large, l’infrastructure technique inclut les devices tels que matériel de téléphonie, PC, tablettes etc. Les strates technique et applicative appartiennent au système informatique et sont donc du ressort des informaticiens en tant qu’experts techniques.

L’architecture est une discipline qui vise à étudier, définir et proposer les évolutions du système d’information, dans le respect des contraintes «métier» et des objectifs stratégiques de l’entreprise.

L’architecture doit donc être étudiée de façon descendante. C’est l’expression des besoins « métier », dans la lignée de la stratégie d’entreprise qui doivent orienter les choix de la DSI et non la technique. Cette dernière doit plutôt être appréhendée comme une contrainte aux nouveaux projets, bien qu’évolutive.

Concrètement, l’architecture consiste, à partir d’une analyse de l’existant, à concevoir des diagrammes d’architectures ou cartographies, qui ne sont autre qu’une modélisation du système d’information de l’entreprise vu sous l’angle de ses différentes strates. L’objectif est de pourvoir tracer les flux d’information afin de les optimiser, tout en garantissant une bonne circulation de l’information par le biais de systèmes qui interropèrent de façon à avoir une donnée unique, fiable, intègre et sécurisée du début à la fin d’un flux.

L’optimisation du système d’information est multidirectionnelle. Elle peut s’exercer,

  •  Horizontalement (au niveau de chaque couche). Il s’agit par exemple de cerner le périmètre fonctionnel de chaque application afin de s’assurer qu’il n’y ait pas de doublon
  •  Verticalement (amélioration inter-strates). La finalité est d’arriver à un système homogène sur la base d’un langage commun, facilitant les flux d’informations entre les métiers et les applications mises en place par les informaticiens.

Pour y parvenir, les entreprises utilisent fréquemment une méthodologie d’urbanisation du système d’information qui est devenue une discipline à part entière.

2/ A chaque couche d’architecture ses métiers

L’étude des différentes couches du système d’information permet de mettre en évidence les différents métiers liés à chacune d’elle. Dans le cadre d’un projet, la cartographie du SI fait ressortir les divers besoins en compétences nécessaires à chaque niveau d’architecture pour assurer la réussite du projet. C’est un moyen d’identifier les différents experts métier à impliquer tels que l’administrateur système ou l’administrateur réseau sur la couche la plus basse, l’intégrateur applicatif, le chargé de projets SI, ou les experts métier pour la couche la plus haute.

3Evolution de l’architecture et apparition de nouveaux métiers

Afin de comprendre où l’architecture des systèmes d’information trouve ses origines, il faut remonter dans l’histoire de l’informatique.  A ses balbutiements, on créé des machines individuelles  respectant une architecture ou plutôt un modèle tel que le modèle “Von Neumann” toujours en fonctionnement aujourd’hui. On peut donc dire que l’apparition des ordinateurs va de pair avec la structure architecturale au sens matériel.

modele-actuel

Le modèle dʼarchitecture de von Neumann – Interstices.info

Puis, on constate que ce n’est pas tant l’architecture qui a évolué mais plutôt les technologies, les langages et l’approche sociétale de l’informatique dans le domaine professionnel puis auprès des particuliers. On distingue malgré tout trois grandes phases dans l’histoire de l’architecture.

  • La mécanographie (1890 à 1960-80): elle se caractérise comme “la première implémentation de systèmes automatiques de traitement de données”  grâce à des techniques mécaniques et électromécaniques.

A cette époque, on parle de « mémoire à trous » dont les supports d’entrée sont principalement les cartes et rubans perforés et les organes de stockage, les rubans magnétiques.

Cette technologie requiert une qualification particulière. On forme donc des mécanographes qui deviendront plus tard informaticiens, pour la plupart.

  • Dans les années 1980, à une période où la mécanographie est sur le déclin quoique toujours utilisée pour écrire des programmes sur cartes perforées, les mécanograhes ont progressivement été remplacés par des techniciens d’exploitation. En effet, avec l’apparition des circuits intégrés et sous l’effet de la miniaturisation qui a donné naissance aux micro-processeurs (1973) et donc aux micro-ordinateurs, ces experts ne disposaient plus de la qualification adéquate. En parallèle se développaient des formations d’analystes et de programmeurs qui ont progressivement intégré les cursus de l’éducation nationale. L’évolution des technologies a suivi son cours, prenant une place grandissante dans l’activité des entreprises. Ces dernières ont intégré des systèmes de plus en plus complexes, sans toutefois tenir compte des bouleversements occasionnés dans leurs organisations. De plus, les services informatiques, souvent marginalisés à l’époque, et maintenus à l’écart des autres services étaient essentiellement composés d’opérationnels. Bien souvent, ils étaient dirigés par d’anciens mécanographes incapables de concevoir ou de repenser une architecture répondant aux besoins de leur entreprise ni même d’en anticiper les évolutions. Le métier d’architecte des SI a alors vu le jour dans les années 1990 et a lui-même évolué dans les années 2000 vers un métier d’urbaniste des systèmes d’information.

De nombreux métiers sont ainsi apparus avec l’évolution de l’architecture et plus généralement de l’informatique. Le cabinet Oberthur Consultants en dénombre aujourd’hui onze catégories et évalue le nombre de postes dans le domaine informatique à plus d’une centaine.

  • Enfin, dans les années 70, on voit émerger une troisième phase issue du besoin de collaborer, de partager l’information et d’échanger entre collègues et au-delà : le travail en réseau qui a donné naissance à l’Architecture réseau. Dans un premier temps, il s’agissait de relier les machines entre elles et de leur permettre de mutualiter des périphériques tels que les imprimantes. Puis, avec l’arrivée d’internet, ces réseaux se sont considérablement élargis permettant un accès « World Wide Web ». On a alors vu apparaître de nouveaux éléments actifs tels que les serveurs, les hubs puis les switchs, les routeurs…et passifs câbles divers, fibre etc.

Sources:

Le référentiel des métiers cadres, Métiers de l’Informatique  – APEC

Denis Favre, Interstices Info, « L’invention de la mécanographie », 2011

Sacha Krakowiak, Interstices Info, « Le modèle dʼarchitecture de von Neumann », 2011

CIGREF, Les métiers des Systèmes d‘Information dans les grandes entreprises, 2011

(http://www.cigref.fr/cigref_publications/RapportsContainer/Parus2011/2011_Metiers_des_SI_dans_Grandes_entreprises_Nomenclature_RH_CIGREF_FR.pdf)

Jean-Claude Debeir, Netalya, « 20 ans d’histoire de l’informatique (1980-2000) : des métiers de l’informatique à l’informatisation des métiers », 2011 (http://www.netalya.com/fr/Article2.asp?CLE=66)

Semantys, IT-Expert Magazine, « Réussir l’urbanisation de son Système d’Information« , 2011

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*